Commander des fleurs

François Rossignol
1936-2018
François Rossignol

LE ROSSIGNOL S’EST ENVOLÉ …

 

À La Maison Adhémar -Dion de Terrebonne, le 24 février 2018.

 

Il laisse dans le deuil sa conjointe Francine Thibault, ses enfants Jacinthe (Patrick Rousseau), Julie (Gilles Durocher) et Christine (Richard Belleville), ses petits-enfants: Francis, Mathieu, Amélie, Guillaume, Raphaël, Gabrielle.

Les enfants de Francine: Catherine Gagnon (Stéphane Lévesque), Maryse Gagnon (Guillaume Tremblay), Julie Gagnon (Sébastien Durocher) Anthony Gagnon (Julie Rochefort), les petits-enfants: Éliane, Jérémy, Vincent, Josyane, Mérédith et Éléonore, ses soeurs: Adrienne, Cécile, Thérèse, Solange et Bernadette, et de nombreux autres parents et amis.

 

La famille vous accueillera lors d’une célébration de la vie qui se tiendra le dimanche 25 mars 2018 à compter de 13h30 au Fort l’Assomption, sis au 270, rue Ste-Anne à l’Assomption.

 

Vos marques de sympathie peuvent se traduire par un don à La Maison Adhémar-Dion.

 

 

« Malade depuis plusieurs mois, accueilli à la Maison Adhémar-Dion de Terrebonne depuis peu de temps, François Rossignol nous a quittés.

 

Trop tôt pour ses proches, trop tôt pour ceux et celles qui pouvaient compter sur les services de ce bénévole généreux.

 

Beaucoup d’entre nous l’ont bien connu, entre autres à la Coopérative agricole. Pendant plusieurs années aussi, il était l’homme de confiance du Dr Luc Dupras sur la ferme de celui-ci sur PdJ Sud avec un grand troupeau de moutons.

 

Depuis sa retraite, François était un bénévole incontournable dans le milieu, un de ceux qui donnent couleur et vigueur à la vie communautaire. Pensons à la Cvra (la rivière !), au Marché de Noël, à l’accueil d’une famille française dans le cadre du jumelage L’Assomption-Pons, et surtout à la Trace.

 

Serviable, généreux, François avait un sens de l’humour et une bonne humeur communicative.

 

D’origine abitibienne, l’homme était un Québécois pure laine. Dans sa jeunesse, il avait fait de la boxe et jusqu’à récemment, il était imbattable au tir au poignet !

 

Par ailleurs, il savait tout faire : soin des animaux, menuiserie, mécanique, maçonnerie, bricolage de toute sorte.

 

Que son poêle à bois puisse continuer à chauffer son foyer.

 

J’ai eu la chance de connaître et d’aimer cet homme taillé dans le bois d’un chêne.

 

Un rossignol est fait pour voler et chanter, un chant à nul autre pareil. Mais pendant qu’il chante là-haut, son nid reste bien vide ici-bas.

 

À Francine et tous ses proches, notre présence silencieuse et amicale. »

 

Texte de Frans Van Dun.

« Retour à la page précédente

imprimer
COMPLEXE FUNÉRAIRE
JEAN COMTOIS
153 Notre-Dame
L’Assomption (Québec)
J5W 3C9